Zweisimmen-Schönried 24 septembre 2019

En ce 24 septembre, les mardistes se sont offerts une balade inhabituelle. Qu’on en juge ! On se donne rendez-vous à la gare de Zwiesimmen vers 9h33 où plusieurs wagons semblent se vider de leurs occupants, le quai grouille de touristes encombrés de valises et de marcheurs dont la plus-part se dirigent comme nous vers la télécabine du Rinderbeg. Le thermomètre affiche 6° (en bas). A part Evelyne et moi qui avons pris l’initiative de ce tour, il y avait Anne-Claude, Jasmine, Karen, Silvia, Cathy et Hartmut.

Tous se laissent hisser avec délice 1137m plus haut, navigant par-dessus les prés occupés ça et là par quelques bovins. A peine débarqués nous gravissons les uniques 74m de pente jusqu’au Gandlouenegrat, dépassant la file les marcheurs d’outre Sarine histoire de se réchauffer et de se sentir un peu plus entre nous.  Le spectacle des sommets et des vallées qui s’ouvrent alentours est pareil à une vue d’avion. Comme dépaysement c’est complet ! Nous allons planer sur le sentier descendant cherchant nos repères durant une bonne demi-heure avant de reconnaître avec soulagement mais sous un angle nouveau le Hunsrugg, la Gummflue, les Vanils, au loin, très loin les Dents du Midi …Deux heures se sont écoulées sans effort, nous avons les parasols d’un resto en point de mire encore faut-il trouver un endroit pratique pour le pique-nique … nous tombons dessus ! Une belle grande table et 2 bancs. C’est là, sous l’œil curieux de 3 biquettes que nous ouvrons nos boîtes de pique-nique, au grand soulagement d’Hartmut dont la boîte n’est pas sortie du réfrigérateur.

La pause- café se fait sans hâte dans le cadre élégant-rustique du restaurant voisin. Il est temps d’amorcer la descente sur Schönried, les lunettes de soleil sont de mise. Nous joignons le télésiège du Hornflue où 3 d’entre nous font la descente assisses, le reste de la troupe emprunte le sentier bien marqué, nous nous retrouvons tous 1h plus tard et 785m plus bas non loin de la gare de Schönried pour une dernière pause boissons.

Tout s’est bien passé, pas une goutte de pluie, la vue était dégagée à souhait, nous avons quand même pris bonne note du changement de saison, une polaire de plus et des gants dans le sac sont de mise. Une marche qui ménage à ce point notre souffle ça ne se passe pas tous les mardis !

Récit de Geneviève

Photos de Silvia et Evelyne