WEISSMIESS traversée arête SSE, descente WNW

WEISSMIESS, 4017m,

Week-end du 23-24 Août

traversée arête SSE, descente WNW

 

Après le classique rendez-vous à Chailly, nous voilà tous (et toutes !) partis pour Saas Almagel. Un petit café en route, puis nous ramassons Olivier et notre guide David en route. Au parking de la station, les 11 alpinistes triés sur le volet et le meilleur des guides, prêts à en découdre avec le Weissmies, sommet convoité et espéré depuis longtemps, culminant à 4017 m sont prêts, matériel contrôlé et distribué.

Là, la longue et éprouvante marche d’approche au chalet- hôtel, première pause, Almagelleralp commence. Après 2 petites heures, pic-nic derrière le restaurant d’altitude, puis tartes aux fruits sur la terrasse du café..

Le milieu de l’après -midi s’approchant à grand pas, nous nous mettons en route pour la deuxième moitié de la montée, au milieu des edelweiss, jusqu’à notre but de la journée : l’Almagellerhütte à 2894 m.

Almagellerhütte

Nous voilà alors dans un autre monde : tout le monde parle suisse-allemand.

Nous établissons alors notre campement pour la nuit au 1er étage de la cabane, dans un dortoir à 13 places.

Un exercice « mouflage-assurage-encordement » à lieu devant la cabane, puis suit un excellent souper servi par les gardiens du lieu. Quelques genepis terminent la soirée, et dodo.

Pour certaines, c’est la première nuit en cabane, d’autres, c’est la routine. Une question pourtant, et qui reste en suspend pour le moment, qui ronfle ?

Au réveil, à 4h45, personne n’a ronflé, Ouf !

Le ciel est étoilé, tout le monde en forme, les piles des lampes frontales fonctionnent, les sacs bouclés et nous partons, guide en tête, à l’assaut de l’arête sud- sud-est en suivant un serpent lumineux, jusqu’au col Zwischenbergenpass. Il est 5h45. Il se lève un vent glacial et tempétueux

Zwischenbergpass

Depuis le col, après une dizaine de minutes, en direction du sommet, le long de l’arête, nous formons les cordées et mettons les crampons.

C’est la tourmente. Il en faudrait plus pour nous décourager.

Nous montons la pente neigeuse jusqu à 3526m. Là, le vent en a eu assez, et est parti. Le soleil apparaît alors, et la température devient agréable.

Les choses sérieuses commencent : les crampons sont remplacés par nos «petites mimines» et «grands pieds», pour gravir cette foutue arête.

Le caillou est excellent, sec, sans neige. Quelques bouchons dans les passages un peu plus ardus, mais une jolie escalade pour tout le monde et nous débouchons à la fin du rocher, vers 3972m. Une petite pause bienvenue, puis nous continuons à nouveau avec les crampons sur un fil de neige jusqu’au sommet.

Caillou excellent

Yesss, nous y voilà.

Nous, les valeureux alpinistes, le sommet est atteint, en pleine forme.

Le dessert, c’est une vue époustouflante qui nous attends, avec tous les « 4000 » de Saas-Fee qui se sont découvert durant la montée.

Weissmies 5Weissmies 6

Quelques photos souvenirs, des félicitations, des remerciements à David, notre guide, «un coup à boire», «un truc à manger», et c’est pas tout ça, il nous faut redescendre..

A la queu leu leu, nous descendons la voie normale pour le Triftgletcher. La descente se fait zig-zaguante entre crevasses et séracs jusqu’au Hochsaas, départ de la cabine pour Saas-Grund.

Là, la terrasse nous tend les mains pour les bières panachées, limonades et les nuggets-frites du guide.

Grâce à nos deux interprètes, Franziska et Susi, nous obtiennent quelques rabais pour la descente avec la benne jusqu’au départ de la station.

Là, le week end se termine avec le retour en voiture, au milieu de la civilisation. Super sortie, merci Fred !

Weismiess 8Weismies 9

Pablo,Franziska, Susi, David, Christian, Thomas, Eloise,Ladislav, Olivier, Fred, Greg et notre photographe Daniel

 

Christian Keller