Week end de Pâques au Val de Rhêmes, refuge Bénévolo, du 13 au 16 avril

Vendredi  13 avril

C’est parti.

 

Nous sommes 11 : Christine, Allessandra, Rachele, Nicole, Nicole2 du Cas Genève, Karine, Aldo,  Jean- François, Claude, Greg et votre serviteur. La météo s’annonce moyenne à bonne.

Tout le monde à l’heure, les 3 voitures  se donnent rendez-vous à Etroubles  pour un café.

La suite du voyage se poursuit dans le magnifique Val de Rhêmes,  jusqu’au bout de la route. Il est tombé tellement de neige les semaines précédentes, que le terminus se fera à Paccaud, à quelques kilomètres de Thumel, le dernier village avant la fin du chemin.

Nous préparons nos skis. Personne n’a oublié ni peaux, DVA ou pelle à neige, alors nous nous mettons en route pour une petite heure avant le pique-nique. Le temps est au soleil, la température agréable. Tout se présente bien pour la suite. C’est dans le milieu de l’après-midi que nous arrivons au refuge Benevolo à 2285m. Nos quartiers nous sont donnés : Se sera la cabane d’hiver pour nous  tout seuls. Les premières bières sont servies et les premières parties de jass commencent….

Au souper (copieux, comme toujours en Italie) le but du sommet du lendemain est choisi : ce sera « La Punta Calabre » à 3450m.

Les difficultés immédiates sont  d’arriver à déchiffrer et lire les cartes Italiennes, et de régler la télécommande du chauffage du dortoir. Pour la télécommande, c’est Rachele qui s’en occupera. Pour les cartes, nous passerons les 4 jours à y comprendre quelque chose….

Le lendemain, déjeuner  6h30, départ à 7h30. Bel effort de la chambrée : à 6h25, tout le monde dormait et à 6h30, tout le monde déjeunait…

Samedi 14 avril :
Départ à 7h30 (!!) Nous sommes à l’aube d’une journée qui s’annonce belle jusque vers le milieu d’après-midi où la neige est annoncée. Nous accédons au glacier de Tsanteleina  par une faiblesse dans  la moraine et c’est une montée tout en douceur, dans un environnement de toute beauté, pour nous tout seuls…

Pour midi, le cairn du sommet est là. Nous prenons la photo de groupe. S’en suit une belle descente sur le glacier.  Dîners sortis des sacs sur des rochers et nous profitons encore du dernier soleil avant les nuages. Pour la fin de la descente. Reste l’accès à la cabane, sans faire le détour du matin. La descente surplombant le refuge, soit une pente d’environ 40° sur 100m, a été moyennement appréciée…. (Surtout que la vraie descente était 250m plus à gauche…)
Journée bien remplie, les douches sont bienvenues quoique quelques personnes ont cru que c’était des douche à trois, alors qu’elles étaient individuelles….

Les bières sont servies et des cours de jass sont donnés pour Rachele, Aldo, Alessandra et Catherine. Ils seront redoutables à la fin du week- end…

Dimanche 15 avril :

La pointe de la Galise à 3346 m est le but de la journée. Seul bémol, il y a un gros nuage sur le sommet… Nous nous mettons en route sur le tracé d’approche, fait de vallonnements et de petites côtes. Au moment de commencer la montée sur notre montagne du jour, le nuage reste et persiste. Partout ailleurs, le ciel est bleu. Après un petit conciabule, nous allons voir ailleurs : le col de Nivolet (3122m), peut-être la Punta Barei. Nous traversons tout le glacier du Fond et rejoignons la trace de montée au col. Nous sommes accueillis par un vent fort et  froid. Il est décidé de ne pas monter au sommet et de pique-niquer un peu plus bas. A nouveau, une excellente neige de printemps nous fait faire une descente superbe.

De retour à la cabane, il est temps de donner le cadeau d’anniversaire à l’aide-gardien : un superbe lapin au chocolat, monté depuis Vevey .

Le soir, entre deux Jass, nous discutons du dernier jour et de la descente. Nous aurons deux groupes : le premier descendra par le chemin de montée, et le deuxième, passera par un col qui nous permettra de basculer sur le vallon de la Vaudaletta et d’atteindre Thumel.

Lundi 16 avril :

A nouveau un départ à 7h30 avec les sacs à dos remplis de toutes nos affaires. Tout le monde à la forme. Nous allons faire, puisque nous sommes en avance sur l’horaire, la Punta Paletta à 3087m. Montée un peu tendue, pour les derniers cent mètres, la neige n’est pas encore ramollie et les couteaux sont nécessaires… Le chef de course, lui, se demande si le passage sur l’autre versant va être aussi  gelé que la dernière montée. Embrassades au sommet, et, merci gardien, le passage pour rejoindre le vallon est top : petite moquette, et une pente de rêve.

La descente, d’une heure de temps, restera inoubliable : un boulevard dans des descentes à faire des beaux virages. La fin du vallon se rétrécit et nous nous retrouvons à Thumel. 30mn à pieds, et c’est les retrouvailles avec l’autre groupe, « au café du Coin », à Paccaud, où sont parqués les voitures.

Quelques pâtisseries, bières panachées au grape fruit ( Il ne restait plus de Sprite), et c’est le retour sur Montreux.

Beau week end qui restera, je crois, dans les mémoires au vu de la quantité de photos qui ont circulé après notre retour dans nos pénates.

Keller