Vallon de Réchy – Cabane Becs de Bosson en boucle

Vallon de Réchy – Cabane Becs de Bosson en boucle

Un week-end de partage entre 6 gaies luronnes, Karin la Cheftaine, Agnès, Anne-Claude, Anne-Marie, Mona et Marylaure. Après un déplacement réussi dans deux carrosses en respectant les règles d’un « cortège » sur autoroute et route de montagne jusqu’à Vercorin puis une montée en téléphérique jusqu’à Crêt du Midi, le week-end commence bel et bien avec un bon café (le seul, d’ailleurs, digne de ce nom de notre périple) et un petit topo sur le parcours qui se présente à nous yeux à travers la fenêtre (T3-T4). Un très beau chemin nous hisse sous le soleil, sur les crêtes menant au Roc d’Orzival, jusqu’à notre place de pic-nic au creux des trolles locaux. La deuxième partie de la journée se passe d’abord sous une petite grêle soutenue et sur la durée, qui nous aura offert un petit massage gratuit de nos trapèzes, puis sous une bonne pluie nous accordant une bonne douche rafraichissante, qui elle ne nous attendra pas une fois à destination. A la cabane des Becs de Bosson, nous voilà briefées de manière très détaillée et ludique par le gardien, plein d’énergie et à l’humour débordant. Thé réchauffant avant de passer aux choses sérieuses (ben oui, les nanas savent aussi passer à l’essentiel) : de bonnes bouteilles de rouge. Une soirée riche en échanges, en rigolades, en idées de randonnées futures. What else ?

Et comment la nuité ? comment dire… une nuitée conforme aux nuitées en cabane, soit avec peu d’heures de sommeil de qualité. Par contre, le magnifique levé du soleil sur fond de reliefs rosés nous sort de nos sacs à viande dans la joie et la bonne humeur. Après l’attente occasionnée par la présence en tout et pour tout à la cabane de deux WC et un lavabo sans eau courante, nous voilà prêtes pour le petit-déj’ puis un examen pointilleux de l’extraordinaire panorama qui s’offre à nous, sans un seul nuage. Nous avons une pensée émue pour Moiry et sa cabane, son glacier et le Pigne de la Lé que nous avons tant de fois gravis ; y a pas à dire, nous ne nous lassons jamais de « notre » Moiry. La descente du Vallon de Réchy sollicite certes certaines cuisses, mais l’environnement sauvage est si apaisant. Le chemin le long du bisse est quant à lui propice aux bavardages à un rythme de marche soutenu (même un peu trop pour certaines).

Après plus de 1’600m de descente, déchausser les pieds est attendu avec impatience…Enfin, certaines attendaient peut-être plutôt les glaces 🙂  Au final, un magnifique week-end, sur des terrains très variés, avec une météo tout aussi changeante.

Marylaure

Photos: Mona