Pra Cornet – Lac Lioson – les Petits Lacs 11 juillet 2017

Après avoir récupéré le bernois du groupe, nous nous retrouvons à onze et montons encore en voiture jusqu’au Fond de l’Hongrin où, bien chaussés, bâtonnés et casquettés pour certains, nous entreprenons une randonnée en boucle, qui nous conduira d’abord à Pra Cornet puis entre autres au «col de la Rouge» et chez Grillon.

Le ciel s’est remis des intempéries du weekend mais il ne sait pas de quel côté il veut pencher: vers la pluie ou le soleil. Il a sorti toute sa panoplie de nuages: des petits moutons, des velléités de föhn, quelques brouillards traînassant à mi-versant, et un vent d’ouest se manifeste avec vigueur en altitude. Mais le soleil n’a pas dit son dernier mot et cherche à s’imposer. Nous saluons les petits cochons de Pra Cornet et par le raidillon de la Chaux Derrey et une traversée moins exposée qu’en hivers, nous rejoignons le lac Lioson après une première heure de marche. Sur un dernier névé quelques vaches semblent vouloir se rafraichir les pieds ; quelques pêcheurs tentent leur chance dans les eaux sombres du lac. L’ambiance agreste enchante les participantes et participants qui peuvent admirer un tapis floral des plus varié. On profite d’une courte pause pour tenter de découvrir quelques chamois ou bouquetins, sans succès. Il est temps d’attaquer la montée de la Chenau pour atteindre le col, Pt 2079 m, anciennement connu comme «col de la Rouge» lorsque le Pic Chaussy était encore accessible par télécabine et faisait partie du cirque blanc. Que de souvenirs évoqués par certains d’entre nous !

C’est le moment de sortir le pique-nique. Sur l’arête du Pic Chaussy un homme en rouge gesticule et le bruit de pierres dévalant les couloirs nord parvient jusqu’à nous. Un suicidaire qui teste là les effets de la gravité? Nous en saurons plus car Patrick, Jacqueline et Monica ont décidé de grimper jusqu’au sommet. Vingt-cinq minutes plus tard nous les apercevons au but et de notre côté, nous entreprenons la descente vers la Buvette des Petits-Lacs.

A côté du chalet, il y a quelques Yourtes qui permettent de passer la nuit. Paissant dans les prés alentours le bétail est bien de chez nous; nous y reconnaissons enfin quelques vaches de la race d’Hérens (aux autres, on ne sait pas trop quel nom leur donner!). Il y a aussi quelques jaks plus exotiques et, surprenants, certains avec une bande claire sur le dos et la queue blanche. Le plus jeune n’a que dix jours et peine à retrouver sa mère, mais bergers et bergères sont attentifs. Une chèvre et quelques chevaux complètent le tableau.

La Buvette des Petits-Lacs est un alpage tenu pendant l’été par Jean Marie Grillon, un homme d’expérience et altruiste qui s’occupe et encadre sur place quelques jeunes adolescents en rupture de société et qui doivent être aidés pour reprendre pied dans une vie stable et réglée. En hiver il épaule des projets humanitaires en Inde (www:chez-grillon.ch). C’est ce qu’il nous explique en toute simplicité et modestie après que nous nous soyons restaurés d’un excellent fromage et d’un café arrosé. Patrick et ses accompagnantes nous ont rejoint: le mystère est levé ; l’homme en rouge était un touriste du plat pays, passons!

Il est déjà quinze heures et nous reprenons notre marche pour descendre au col des Mosses. Depuis Lioson d’en Bas les chauffeurs coupent à travers prés et bois pour rejoindre les voitures.

Nous sommes tous invités à prendre un dernier verre au Thelinet, chez Sonia et Patrick à la Lécherette. L’occasion de papoter encore et d’échanger ses impressions et opinions sur la vie de ce monde. Merci à Sonia de nous avoir conduit et de nous avoir fait découvrir Grillon et ses actions. Etaient de la partie Sonia et Patrick, Rita et Armand, Karen, Monica, Jacqueline, Geneviève, Béatrice, Victor et Laurent.

Récit de course par Laurent