Pâques à Vagrisenche (Italie), du 25 au 28 mars 2016

Chère tante,

Je t’écris pour te dire que nous avons passé le week end de Pâques dans le Valgrisenche pour faire du ski de randonnée. La météo a été avec nous: un peu de mauvais temps et de neige pour monter à la cabane Bezzi, un samedi sans un nuage, le dimanche et le lundi presque au soleil: il neigeait tout autour de nous, et nous, nous avions du beau temps.
Tout commença par un bouchon de 45 minutes au tunnel du Grand St Bernard et un rendez-vous au bistrot d’Introz .
Il n’y a pas de bistrot à Introz…
Alors, Rendez-vous à Bonne, au bout de la vallée, pour goûter les raviolis locaux avant d’attaquer la longue montée au refuge.
Nous devons tout d’abord traverser le barrage de Beauregard.
Il n’y a plus de barrage…. enfin , presque plus: “ils” ont coupés un bout…
La première ( et seule ) épreuve que notre chef de course a trouvé pour nous tester, aura été de nous faire descendre au bord du lac, pour monter sur le reste de digue, afin de rejoindre l’autre rive. Tout s’est bien passé, personne ne s’est noyé…
Ah oui, mes amis (es ) randonneurs (euses), que je te les présente: Franziska, Alessandra, Nicole, Loraine, Susi, Elisabeth, nos deux OJ (collants pipeletteuses) Camille et Mathilde, Wolf, Jean-François, Greg et Christian.
Après 3h00 de montée, une pause à Uselière, la bière nous attend au refuge.
Un souper qui ne dément pas les repas Italiens, des parties de cartes avec un peu de triche… quelques genépis, et nous voilà prêts pour une douce nuit.
Le samedi, le ciel bleu, nous augure une superbe randonnée: La Becca di Traversière, 3450m, 1100m de montée.


Nous voilà partis, les deux collants pipelettes en tête. Une pente raide avec couteaux pour passer sur la langue du glacier et le sommet est en vue.
Encore 2 heures, sur un glacier qui n’a que le nom, une petite crête mixte, et c’est une vue époustouflante. Pour ne rien gâcher, nous sommes tout seuls….. Photo de groupe,

pic-nic et c’est l’heure de la descente. Une superbe neige à peine revenue, un ski de rêve, quoi. Arrivée à la cabane, bières, crème à bronzer, parties de cartes, souper et encore plus de génépis, puis dodo.

Le dimanche, le temps est plus mitigé: des nuages rouges nous annoncent une prochaine détérioration du temps, et la neige arrive. En fait, elle n’est  jamais arrivée, elle s’est arrêtée sur les sommets de l’autre côté de la vallée, et c’est un soleil de printemps qui nous accompagne toute la course. D’abord une rude pente en dessus de la cabane, puis une gentille montée jusqu’au col du “Truc Blanc” ( C’est son vrai nom….) . Pause, et nous repartons pour le sommet à 3405m.  Ah! ce sommet…. une succession de bosses traîtres, jusqu’à la croix.

Un peu de vent, alors photos, veste, et nous redescendons déjà. A nouveau une excellente neige, et au revers, du bonus, elle est encore poudreuse…

Pic nic sur la moraine où les vestes tombent et les crêmes solaires sortent.

Puis, c’est l’ heure de rejoindre la terrasse de la cabane. Là, les activités de l’après midi reprennent: bières, cartes, etc… Vient l’heure du souper et du programme du dernier jour. Il est prévu de monter sur  col di Ghiasso en dessus de la cabane, et de redescendre dans la combe du glacier, jusqu’au lac. Il est décidé, que de descendre par le chemin de montée, nous évitera les bouchons de la rentrée… Les descentes de ces deux derniers jours nous en on mis plein les yeux. La randonnée prévue du lendemain passe donc à la trappe, et nous finissons la bouteille de génépi….

Le lundi, départ du refuge à 8h30, descente jusqu’au lac. Nous mettons les peaux pour monter 200m en dessus du lac et du côté opposé de l’aller, ce qui nous permettra d’arriver aux voitures sans avoir à remonter le barrage….

Le séjour se termine au “Bivouac” sur la route de la descente en plaine, pour le repas de midi.

C’est sur ces mots que je te laisse, tante, car j’ai tout mon matériel à ranger avant que ma maman arrive et que ça hurle. Ca été un chouette week end de randonnée, je t’embrasse.

La 13éme randonneuse