Molard au clair de lune, 4 février 14

aIMG_4526

 

Trois clubistes et 5 des plus vaillants chanteurs du Choeur d’Hommes de Chernex, aussi appelés “la Jeune Harmonie” se retrouvent à 18’00h aux Avants, ce mercredi 4 février, pour prendre un billet du “funi” jusqu’à Sonloup, d’où ils poursuivent, qui en raquettes, qui à skis, en direction de la Plainiaz. Ils avainet été précédés 3 heures avant par Victor Tissot, double membre, ainsi que “Kuki” Borgatta, infatigable chanteur et marcheur, vaillant octogénaire, montés pour réchauffer le chalet.

Il fait très froid, la bise souffle, la fraîche des derniers jours dépasse largement les 50cm… À ce taux-là, peu d’amateurs pour monter au sommet du Molard, ce d’autant plus que la lune, certes pleine, reste largement voilée par quelques gros stratus. Seule l’indomptable Suzi (clubiste) et l’insatiable Philippe (choriste), accompagnés de votre serviteur, allongent le pas jusqu’à la Goille au Cerfs, avant de piquer sur le chalet…

Il y fait chaud, le blanc est servi, la fondue trépigne, l’ail s’offre aux caquelons – et les choristes démarrent…

Mais bientôt l’appétit s’aiguise et 2kg de fondue disparaissent allégrement dans des estomacs ravis. Jean-François et notre nouvelle membre Caroline doivent encore nous rejoindre….Où sont-ils? En les attendant, allez, encore 400g de fromage pour patienter… On allait presque finir qu’enfin ils arrivent. Allez, 400g encore pour les derniers arrivés… Décidément, notre fromager-choriste Yves Huck a une excellente fondue – et une excellente poudre qu’il y ajoute, qui transforme une “moitié-moitié” en un vol d’épervier… Impossible à décrire! Ceux qui n’y étaient pas ne peuvent pas comprendre…

Les chants reprennent de plus belle, tous à 4 voix, en plusieurs langues – ah qu’il fait soif! ça doit être le chauffage, ou alors la fondue, peut-être la montée, mais non, c’est les cordes vocales qui chauffent!

Soudain, Philippe sort de son sac (où il en a plus d’une…) quoi? Une GROLLE DU VAL D?AOSTE! Victor en a presque les larmes aux yeux. Remplie par deux fois, ponctuée de chants joyeux, elle fait queques rondes, de façon à répartir uniformément les bacilles de Victor, qu’il nous précise soigner aux antibiotiques… Santé!

Après avoir terminé la fondue, les bouteilles, la Grolle, et largement entamé l’excellent Kirsch du jardin du maître chanteur Raymond Burri, nous nous attaquons à le descente, de nuit et au froid, jusqu’à Chernex, non sans laisser le chalet entre les mains expertes de Victor et Kuki qui préfèrent y passer une nuit réparatrice avant de descendre. Les marcheurs descendent régulièrement, les skieurs un peu moins, mais tous arrivent en bas sains et saufs, quoique blancs de neige poudreuse des pieds à la tête, après quelques gadinées de derrière les fagots…

Une magnifique expérience à renouveller!

 

Wolf