Les Mercredistes en Corse (28 septembre au 4 octobre)

Le texte ci-dessous a été rédigé par Edouard Horisberger, et Christian Revaz pour les précisions techniques. Un grand merci à eux!

Résumé

Départ le samedi 28 septembre 2018 en avion, de Genève à Bastia, par une température et météo parfaites. – 16 participants, 4 dames (révolution) et 12 hommes.

– Tous jeunes et enthousiastes de 62 à 89 ans !

– Distance à pied pendant la semaine : 54 Km

– Dénivellation totale :  1’600 m  2’343 m.

– Heures totales effectives de marche : 17:07 heures (soit une moyenne de 3.18 km/h, tout terrain confondu)

– Difficultés des parcours pédestres de faciles à modérés avec un maximum de 5 h. de marche par jour. En raison de la composition du groupe, une formule mi-pédestre, miculturelle avait été choisie et s’est révélée bien adaptée. Il est vrai, que nous avons bénéficié des compétences d’un guide, Philippe, de très haut niveau professionnel et humain. Au point de vue géographique, nous sommes restés dans la moitié nord de de l’île.

Samedi, première demi-journée :

– Désert des Agriates au nord-ouest de l’île. Un petit parcours varié, des vues magnifiques sur des baies sauvages. Nous avons compris qu’il s’agissait d’un test du guide pour estimer notre niveau. Examen réussi !

– Puis retour à la petite ville très touristique de l’Ile Rousse où nous prenons nos quartiers, et qui sera notre point de départ pendant 4 jours. – 6.3 km, 2:01 heures de marche,  254 m,  237 m

Dimanche, 2ème jour :

– Randonnée de village en village et de chapelles en chapelles toutes plus attachantes les unes que les autres. Les villages, (Pigna-San-Antonio-Corbara) sont restés attractifs malgré une forte pression du tourisme.

– La marche du jour n’a pas été particulièrement facile, mais les histoires corses du guide et le paysage exceptionnel nous ont complètement fait oublier l’effort.

– Voici un échantillon d’une l’histoire locale :

Le petit train à voie étroite qui passe par l’Île Rousse a été rénové à grands frais. Durée des travaux, une année. Une inauguration officielle en présence des plus grandes autorités locales, préfet, sous-préfet, a lieu en grandes pompes. Le train prend le départ, mais est bientôt immobilisé, le tunnel n’étant pas assez haut pour laisser passer le convoi ! Une année plus tard, nouvelle inauguration, par prudence, beaucoup plus modeste ! Cette fois, ce sont les freins qui n’ont pas été prévus pour un relief montagneux comme celui de la Corse. À l’arrivée, le train ne pouvant plus s’arrêter, va buter contre les arrêts du terminus. Gros dégâts ! Et six mois d’arrêt supplémentaire !

– 13.6 km, 4:13 heures de marche,  403 m,  646 m

Lundi, 3ème jour :

– Bonne marche le long de la côte ouest, avec le groupe complet, du monastère Notre-Dame de la Serra jusqu’à l’extrémité de la presqu’île de la Revellata. Et de là, jusqu’à Calvi. Le guide, également botaniste diplômé, nous présente la végétation typique de ce coin de pays et les vertus des différents végétaux et leurs propriétés.

Par exemple : l’Immortelle ou Hélichrysum Italicum, les minuscules Cyclamens, les Scillas d’automne, la Lavande papillon, la Rose-de-Noël, les Bruyères arborescentes, les Figuiers-de- Barbarie, la Myrte, etc., etc. Nous avons aussi fait connaissance avec un vent à décorner les bœufs et nos couvre-chefs ont souvent été récupérés dans des endroits impossibles. Philippe, le guide, à même risqué ses os pour en récupérer dans une falaise ! Quel dévouement pour ces touristes !

– 11.6 km, 3:04 heures de marche,  284 m,  469 m

Mardi, 4ème jour : –

Départ du groupe au complet pour le col de la Croix, qui se situe dans la région

de Porto, à l’ouest de l’île. Au col, nous prenons le Chemin du Facteur (Guy de son prénom), pour rejoindre un minuscule village, en bord de mer. Ce village, Girolata n’est accessible que par ce sentier ou par bateau.

– Les vues à partie de ce sentier sont magnifiques, mais nous ne pouvons pas en profiter les yeux fermés, (c’est vraiment le cas de le dire) car nous devons nous concentrer sur nos pieds. Nous arrivons là, un peu à la limite des difficultés qu’un groupe tel que le nôtre, peut surmonter. A noter une solidarité exemplaire, pour aider les moins agiles dans les passages difficiles et pour soigner des écorchures heureusement sans conséquences.

– A Girolata, dans une petite buvette-restaurant, le dîner, sous forme d’une excellente assiette de produits locaux, arrosée d’un rosé du cru, nous permet de nous remettre de nos émotions de la matinée. Simple et inoubliable !

– L’excursion continue en bateau, qui nous fait visiter depuis la mer la réserve de Scandola. L’endroit est spectaculaire, le bateau se faufile entre récifs et petites îles aux reliefs tourmentés. Une autre surprise, une famille de dauphins s’ébat à proximité de notre bateau.

– Grace à Philippe le Géographe, nous prenons l’unique route qui relie les villages de Porto et de Piana pour admirer les calanques de Piana. Des immenses rochers rouges très découpés, absolument spectaculaires.

– Un peu fatigués, mais comblés, après une journée qui en valait deux, nous rentrons tard à l’hôtel. – 5.1 km, 1:57 heures de marche,  132 m,  403 m

Mercredi, 5ème jour :

– Départ pour Corte, ancienne capitale et ville universitaire située au centre de l’île.

– Le groupe des marcheurs effectue une randonnée dans le maquis sur un ancien sentier de transhumance à travers des gorges et des paysages très différents des jours précédents. Certains sont heureux de retrouver la montagne ! Mais quelle soif avec le soleil et le vent ! Ensuite, tout le monde se retrouve dans le centre historique de Corte.

– Avec le car nous continuons direction Aléria, ancienne ville romaine de la côte Est, où nous prenons nos quartiers. Vue sur l’ile d’Elbe et sur l’île de Montecristo.

– Plusieurs participants ont fait l’acquisition de couteaux corses. Heureusement, nous étions suffisamment munis de pansements. Par malheur, un de ces instruments a refusé obstinément de se refermer. Grâce à l’intervention efficace, d’un ingénieur, d’un dentiste, d’un guide corse et pour finir d’un ingénieux participant, la solution a été trouvée. Victoire !

– 9.1 km, 3:17 heures de marche,  395 m,  453 m

Jeudi 6ème jour :

– Départ en minibus pour le site protégé Terrenzana. Sur de très bons sentiers, à travers un maquis sauvage et varié, nous profitons d’une vue sur les étangs et une immense baie. Là se situent plusieurs sites d’élevage d’huitres, de moules ou de poissons qui fournissent également la Boutargue surnommée le caviar corse. Les couleurs sont vives et les paysages à couper le souffle. Quelques minutes avant que le vent se lève sur la plage quasi déserte, quelques amateurs profitent encore de la baignade. Peu d’instants plus tard, un vent violent et des vagues transforment la plage et nous forcent à regagner le maquis.

– Visite du site romain et du très riche musée d’Aléria.

– Retour à l’hôtel pour le souper

– Amitié, convivialité, un menu simple et bon arrosé de vin corse, nous aident à accepter que la semaine se termine ! – 8.1 km, 2:35 heures de marche,  132 m, 132 m

Points forts : UN ISULA – UN POPULU – UNA STORIA Lors de nos trajets en car, notre guide en a profité pour nous parler de la géographie, de l’histoire Corse. Il a réussi par son enthousiasme et son érudition à nous faire mieux comprendre son île et à l’apprécier. La riche histoire de ce pays, avec entre autres la figure tutélaire de Pascal Paoli, puis de la vente de la Corse par les Génois à la France expliquent en partie la situation actuelle.

Du point de vue politique, nous avons compris qu’une importante partie des corses désirent une autonomie plus grande et estiment que, trop de décisions sont prises à Paris, loin de la réalité de l’île. Nous devons à notre guide une partie importante de la réussite de notre séjour ! Merci Philippe !

Minutes œcuméniques : Chaque soir, avant la fin du repas, nous avons été réconfortés, (nous en avions bien besoin), par une courte oraison. Cette minute a été unanimement appréciée. Merci Dédé ! Merci aussi aux organisateurs, en particulier à Charly qui a porté les soucis du chef de course. La semaine en Corse a été une réussite, une ambiance magnifique et remplie d’amitié