Le Moléson

En ce dernier mercredi d’août, superbe course au Moléson. Les  groupes 1 et 2 se sont rencontrés au départ de Moléson-Village, et ont emprunté ensemble le funiculaire jusqu’à Plan-Francey.  Le groupe 1 a alors effectué l’ascension du Moléson à pied, en passant par le sentier botanique et la face sud. Une belle randonnée plus ou moins à plat dans un premier temps, et se transformant en montée non-stop dans un deuxième temps. La météo ne s’était pas trompée ! Il a fait un temps superbe pendant la matinée, et le ciel s’est soudainement chargé en une trentaine de minutes, alors que nous étions parvenus au sommet du Moléson. Compte tenu du brouillard, nous sommes redescendus en télécabine puis en funiculaire. Nous avions fait la belle partie de la course, à savoir la montée, sous le soleil ! C’est Armand Vuichard qui nous a préparé en peu de temps cette magnifique randonnée. Nous l’en remercions chaleureusement. Le groupe 2 a fait une course avec une dénivellation moindre, mais je suis sûr qu’ils ont aussi profité au maximum des conditions atmosphériques favorables de la matinée.

Le Moléson est à conseiller à quiconque veut davantage exploiter ses cinq sens. Pour la vue, la beauté des panoramas (y compris depuis le funiculaire). Pour l’odorat, le sentier botanique est idéal, puisqu’il comprend plus de 200 plantes. Pour l’ouïe, le silence absolu n’est rompu que par les cloches de vache. Quant au goût, il suffit de déguster une bonne fondue (par exemple au sommet du Moléson) pour se convaincre que la Gruyère est vraiment spéciale. Et le toucher, me direz-vous ? Le Moléson a peu à offrir pour ce sens, ce qui n’est guère étonnant puisque les autres sens y sont fortement mis à contribution.