Lausanne de parc en parc 14 novembre 2017

Rendez vous à Lausanne pour tous dans le grand Hall, sonne les 10:15 et un peu plus, arrive Cathy de Bern. Le soleil s’était imposé dès le matin et nous a accompagné toute la journée. Nous voici toutes prêtes, Jacqueline et Evelyne sont les guides de la journée, notre balade citadine commence avec le métro direction Ouchy où nous allons rejoindre le bord du lac, passer le Musée Olympique et entrer dans le parc Denantou.

Lausanne a le privilège d’accueillir un pavillon Royal thaïlandais dans ce parc. Le pavillon a été construit en 2007 par des artistes thaïlandais, certainement du fait que son altesse   Maha Chakri Sirindhom, fille du feu roi Bhumibol Adulyadej a vécu à Lausanne plusieurs années, celle ci a présidé l’inauguration du pavillon le 17/03/2009. Depuis le décès du roi en 2016, ce pavillon est devenu un site de visite pas simplement pour nous mais pour les thaïlandais visitant la suisse et Lausanne en particulier.

Nous nous retrouvons sur le chemin de la Vuachère après avoir quitté le pavillon et bien entendu une photo de groupe galamment prise par un touriste anglophone. A l’entrée du chemin peu de randonneuses remarquent les traces de renard en métal scellées dans le sol du chemin bordant la rivière Vuachère. Après cette balade au bord de la Vuachère,  nous nous égarons car ni Jacqueline ou Evelyne ont remarqué qu’a l’avenue CF Ramuz nous aurions dû tourner à droite, mais le groupe avec son  enthousiasme a suivi. Cet égarement est positif car nous nous arrêtons dans un Tea Room magnifique et prenons notre temps pour boire une agréable boisson et se mettre un peu au chaud car la bise nous a aussi accompagnée.

Avec l’aide de la technique moderne nous retrouvons la rue Messidor qui nous conduit vers le Parc de Mon Repos, nous passons devant la Villa, ancienne maison de plaisance avec annexe agricole. Ceci jusqu’à son acquisition en 1756 par Philippe de Gentil, Marquis de Langallerie. La Villa accueillera Voltaire et verra de nobles étrangers y séjourner lors de leur passage à Lausanne, famille de Bonaparte, Bourbon d’Orleans, princes de Prusse et le futur roi d’Angleterre, Édouard VII. Aujourd’hui l’étage supérieur, superbement meublé, est utilisé aux réceptions officielles de la ville de Lausanne mais a aussi servi comme premier Musée Olympique et au Baron de Coubertin.

Nous voici de nouveau sur une large artère et nous traversons le Pont Bessieres vers la Cathédrale, traversée du quartier de « la Cité » où se déroule un beau festival chaque année début juillet. Nous voici devant le bâtiment du Parlement vaudois. Nous admirons la rénovation de cet édifice détruit par un incendie en 2002, qui a été inauguré ce printemps. En passant devant l’entrée, la porte s’ouvre automatiquement, invitation à y pénétrer sans doute. Pendant que certaines visitent la buvette, épatées d’y croiser une Conseillère d’Etat, d’autres regardent les photos des travaux affichées aux murs, avec les explications sur les découvertes archéologiques.

 

Et soudain en levant la tête en direction de la galerie supérieure, nous voyons un conseiller municipal montreusien, Monsieur Olivier Gfeller. Reconnaissant un visage ami, il vient saluer tout le groupe, heureux d’apprendre qu’il s’agit du CAS de Montreux. Spontanément il nous propose une visite du bâtiment, qui la refuserait ?

Et nous voici toutes dans la toute nouvelle salle du Grand Conseil, admirant son immense baie vitrée. Selon M. Gfeller, la belle vue ne déconcentre pas les politiciens mais leur permet de se ressourcer. La salle est vide, c’est l’heure de la pause de midi, à l’exception d’un seul travailleur assidu ! Après nous avoir décrit les places de chaque groupe politique, notre guide nous emmène dans la salle des « pas perdus », lieu de rencontres, de négociations et de décisions. Son aménagement permet des échanges en toute discrétion.

Puis nous rejoignons la galerie des visiteurs, avec son premier rang réservé aux journalistes. Certaines d’entre nous viendront peut-être y prendre place, lors d’une des prochaines séances du Grand Conseil !

Après nous avoir donné un bon conseil pour le choix de notre étape de midi, Café de  l’Evêché, M. Gfeller nous quitte, sa pause étant bientôt terminée !

Nous redescendons allègrement, toutes animées par la faim, le déjeuner est agréable et le lieu fort sympathique. La pause déjeuner étant clôturée avec le petit café nous redémarrons en direction de la Cathédrale, passer devant le Château en réfection, nous remontons la rue de la Barre et nous nous dirigeons vers la Fondation de l’Hermitage, magnifique lieu avec son imposant cèdre qui trône sur le parterre central.

L’équipée se dirige vers le Chemin 4 qui fait partie des chemins de Ste Jacques de Compostelle, nous arrivons à la petite chapelle, s’offre devant nos yeux (à l’exception d’une horrible cheminée) les Alpes, le Lac et un ciel étincelant. Quelle jolie journée sans trop se perdre, nous profitons quelques instants de recueil intérieur avant de reprendre le chemin en sens inverse et nous retrouver de nouveau dans la vieille ville ou l’attirance des vitrines de la ville happent les yeux. Jacqueline nous tire sa révérence car elle habite cette ville qui garde bien secret ces petites rues qu’ils faut vouloir découvrir. Nous voici à notre point de départ le grand hall de la Gare de Lausanne, Cathy nous quitte et le groupe reprend son train quai numéro 6, nous sommes à l’heure.

Merci à toutes d’avoir participer à cette belle escapade citadine

Écrit par Anne Claude et Evelyne