La Berra 24 octobre 2017

La réalité météorologique étant encore meilleure que les prévisions, c’est par un beau ciel clair que 11 Mardistes se retrouvent à 9 h 15 sur le parking du télésiège de la Berra, en dessus de La Roche, à 1130 m d’altitude. L’air est encore frais et le départ à l’ombre.

Les fortes précipitations de la veille se font encore sentir : le sol est gorgé d’eau et le terrain est gras. Les premières centaines de mètres de montée à travers des près « aménagés » qui deviendront en hiver une piste de ski facile, laissent certains songeurs mais l’on bifurque soudainement vers la gauche pour s’engager à travers une forêt presque primitive. La nature du sous-sol, marécageux, instable et glissant en est certainement la cause. Au sortir du bois nous trouvons les premières neiges et le chalet d’alpage du Cousimbert à Remy nous offre table et bancs pour une courte pause avant le dernier effort qui nous conduit au sommet du Cousimbert (Käsenberg – nous sommes à la frontière des langues – 1633 m). Il est déjà passé 11 h. Une courte pose pour quelques photos souvenirs et pour admirer un magnifique paysage déjà saupoudré de neige. Le soleil brille, la vue est dégagée sur tout le Plateau, du lac Léman à Gösgen et sur les Alpes, de la Suisse centrale au delà du Mont-Blanc.

.Une marche agréable par les crêtes nous conduit au chalet d’alpage de la Berra – buvette de la Berra, fermée les lundi et mardis ! Il est temps de se restaurer : bancs et tables sont à disposition sur la terrasse et vite dégagés de la neige qui les recouvre. Revigorés – et informés que le restaurant du Gîte d’Allières est ouvert –, nous effectuons dans la neige la dernière grimpette jusqu’au sommet de la Berra (1719 m). Photos, explication du panorama ( ?) ; il est 13 h, le temps de penser au café. La descente par la crête sud-est et la traversée sous le sommet pour rejoindre le Gîte ne sont pas des plus agréables : la neige fondante et les eaux ruisselantes en abondance exigent prudence et attention.

 

Nos efforts sont récompensés par diverses boissons, tartes au vin cuit et gâteaux aux noix. Merci à Gérard et à une participante qui a gardé l’anonymat, ensemble ils ont sponsorisé notre pause au Gîte d’Allières. Le soleil est radieux et la température bien agréable : on prolongerait volontiers cette halte mais la descente n’est pas qu’une promenade : au bas de la Joux de Villaret nous quittons des chemins de plus en plus boueux pour s’engager en pleine forêt. Le tapis de feuilles mortes cache un peu traitreusement les cailloux irréguliers du sentier jusqu’à la Berguerite où l’on retrouve enfin une agréable desserte forestière. Quelques ruisseaux permettent à chacun de décrotter ses souliers avant de retrouver, en passant par Petit Creux, la route que l’on remonte jusqu’au parking. La boucle est bouclée : il est juste 16 h.

 

Etaient de la partie Angelika, Beate, Christiane, Edith, Evelyne, Geneviève, Gérard, Jasmine, Karen, Laurent, Patrick et le chien Charlie.

Temps de marche effectif : 4 h 55’ ; dénivellation : + 835 m pour une distance de 12,4 km.

Covoiturage : 15.– CHF.

Le chef de course : Laurent. Photos d’Evelyne, Angelika et Laurent