Introduction plusieurs longueurs, région de Sembrancher, 18 juin 2016

 

Après plusieurs semaines avec une météo capricieuse, nous somems restés longtemps dans l’incertitude : pourrions réaliser cette course ou non ? Mais finalement les prévisions météo n’étant pas trop mauvaises ce samedi matin, nous décidons d’y aller! Du parking sur le bord de la route près de Sembrancher, après avoir croisé route et chemin de fer sans se faire écraser, il nous faut une demi-heure de marche jusqu’au début de la voie que nous visons dite « les Singes ».

« Les Singes », c’est une voie de 9 longueurs avec 250 mètres de dénivelé. Elle commence bien avec une longueur 5a et une de 5b, suivi par deux longueurs 4a. La longueur 5 était le passage clef de la voie (5b), qui n’était finalement pas aussi difficile que ne le craignait certains grimpeurs. C’est-à-dire que la cotation était en général plutôt gentille, ouf ! Les dernières 4 longueurs (4a à 4c) était de la grimpe dans la dalle couverte de mousse sans grande difficulté, mais quand même très pittoresque.

Arrivés à la fin de la voie après environ 3 heures de grimpe, la météo était toujours plutôt bonne (les prévisions étaient finalement bien pessimistes) et cela nous a permit de prendre un pique-nique convivial dans les rochers. La descente a commencé par un chemin médiocre et assez raide, qu’on a malheureusement assez vite perdu. On a finalement choisi la descente directe aventureuse et on était en retour aux voitures vers 14 heures, ce qui était juste la bonne heure pour aller boire une bière.

Nous étions 7 personnes, tous partie du fameux groupe de grimpe des mercredis : Eloïse (qui a pour la première fois ouvert une vois multi-longueurs dans sa totalité), Simon (qui a fait l’escalade multi-longueurs pour la première fois), Ladislav (le chef qui était toujours là pour les bons conseils, et pour les photos),  Jérôme (qui a bien réussi à grimper plusieurs longueurs en tête), Hartmut (pour qui c’était de la routine), Emmanuel et Grégory (qui eux ont fait la voie dite « Au fil du temps » (6a), juste à côté).

 

 

Récit écrit par Simon Marmet