Grottes du glacier de Zinal (27.02.2016)

Cette petite sortie se devait être « familiale » !!! En effet, nous étions 3 à nous lancer dans l’aventure : Ladislav (l’organisateur), Eloïse (sa chérie) et Karin (la mamie de service).

Arrivés sur le parking à la sortie de Zinal, alt. 1670m, nous partons d’abord sans nos raquettes, le chemin étant bien damé mais devons rapidement nous munir de notre matériel car, oh bonheur, une petite poudre recouvre le chemin ainsi que tout le paysage alentour. Juste ce qu’il faut pour marcher « comme sur de la ouate ».

Après une première montée dans ce fond de vallon encaissé, nous arrivons sur un petit plateau et là, un paysage  magnifique s’ouvre à nous. Parmi les sapins et autres buissons recouverts de cette poudre blanche si rare cet hiver, il ne manque plus que l’apparition de trolls et autres créatures des forêts. Mais voilà, ceux-ci ne daignent pas se montrer. Par contre nous avons l’immense honneur d’apercevoir le roi de la montagne, l’aigle. Il nous survole à trois reprises…nous sommes tellement émerveillés que nous ne pensons même pas à  sortir nos appareils photo.

Notre avancée en direction du glacier continue et au sortir d’un virage contournant un rocher, nous apercevons bientôt, d’abord la paroi d’un bleu cristallin, puis les grottes, mystérieuses.

Après env. 1h45 de balade, à env. 2100m d’alt.,  nous y voilà…c’est superbe. Un paysage à couper le souffle. Et là c’est le moment de dire : les absents ont toujours tort !!!

Avant de visiter les grottes, nous décidons de manger car nous sommes montés sans pause « grignotage » et la faim s’est installée…merci à Eloïse pour ces délicieux muffins salés et le saucisson (arrosés d’une petite dôle blanche !!!)

Nous restons presque 2 heures sur place, émerveillés par tant de beauté. La plus grande grotte peut facilement abriter les 2 groupes qui nous ont rejoints entre temps. Une fois à l’intérieur de la grotte, le coup d’œil direction extérieur est également à couper le souffle. Nous allons explorer encore quelques « trous » alentour, pataugeant entre temps dans 30cm de poudre fraîche. Quel bonheur !!!

Mais il faut bien quitter ce lieu magnifique et nous entamons la descente en passant par un autre chemin, un peu plus long que celui de la montée. On s’amuse comme des gamins à nous laisser glisser dans des pentes quelque peu abruptes (pauvre Eloïse, ce n’est pas sa tasse de thé). Mais la promesse d’un bout de gâteau à l’arrivée nous donne des ailes.

Nous y voilà, après près de 2h de descente : le bistrot. Chocolat et café viennois, cheese cake et gâteau au chocolat…et encore une fois : les absents ont toujours tort.
Merci Ladislav et Eloïse, ce fut magique !!!

IMG_5464IMG_5491IMG_6729
IMG_5809IMG_6716IMG_6719

Récit par Karin