Diable nocturne – 26 janvier 2017

La sortie nocturne du jeudi 26 janvier 2017, qui prévoit d’effectuer l’itinéraire à ski “Le Diable” à Jaman à la frontale, affiche complet.

C’est lundi et il est l’heure de renseigner les participants sur les modalités d’organisation et sur les conditions attendues de course. Jusqu’ici, tout va bien.

Renseigner les participants est une tâche dans laquelle vérité et objectivité priment. C’est là que ça se gâte.

Première partie de l’information : la dernière neige date de plus de 10 jours et depuis, Le Diable a été skié à réitérées reprises par tous les adeptes des Rochers de Naye qui montent en train ; traduction : Le Diable est un champ de bosses.

Seconde partie de l’information : l’inversion des températures actuelle fait que, pendant qu’on se caille sous la brume au boulot, Le Diable se dore au soleil et avec cette douceur de janvier, le neige transforme déjà l’après-midi pour resserrer à la tombée du jour ; traduction : la neige sera difficile à skier et il faut s’attendre à chausser les couteaux à la montée.

Ces informations données, c’est l’effet dédite qui s’installe : “j’ai oublié mais j’aide un pote à déménager” ; “je suis malade” ; “j’ai aqua-poney” ; traduction : skier à la frontale dans des condi pareilles, faut pas abuser de ma motivation ! A raison, il faut respecter les choix de chacun et la réticence à risquer de “se faire un genou” pour un Diable affreux.

Nous ne serons donc plus que quatre guerriers à tenter l’assaut du Merdasson via “Le Diable” en ce 26 janvier 2017 :

  • guerrier Renato
  • guerrier Arnaud
  • guerrier Wolf
  • guerrière Lorraine

Les 3/4 de la montée sont avalés à un bon rythme par notre petite troupe en traversant tous les types de neige : gros sucre, dur, béton armé, poudre tassée, printemps-transfo. Une fois arrivés à Chamossales, c’est la partie des 612 conversions qui commence, dans laquelle volonté et équilibre sont le combo nécessaire à la réussite. Guerrier Renato fait preuve d’un moral d’acier et sort la tête haute de l’épreuve en répétant une bonne 15aine de fois “que c’est un bon exercice” ; traduction : “qu’est-ce que je fous là déjà ? Je n’avais pas l’aqua-poney aussi ?!”

La récompense se trouve, comme à chaque fois, au sommet du Merdasson avec ce soir une mer de brouillard aux couleurs démoniaques, qui laisse deviner les courbes élégantes de la perle de la Riviera, soulignées par les lumières de la cité.

Le descente s’effectue avec prudence dans un Diable presque pisté, mais au final “c’est pas si pire” et ceci reste, toujours selon guerrier Renato appuyé par tous, un bon exercice !

La soirée se termine en rêve autour d’un chocolat chaud bien mérité au “Coucou” – anciennement Hostellerie de Haut-de-Caux – qui n’ouvrira que le 21 février prochain ! Bon, vu qu’on est venu pour faire du sport, on s’en fiche de la bière (sirop  😉 ) récompense… Il n’y a que les grimpeurs pour qui c’est important, voire vital 🙂 🙂 !

Avec mes remerciements aux guerriers, sans qui cette sortie se serait déroulée, comme trop souvent, en solo.

Lorraine, le 30 janvier 2017