De Haut-de-Caux aux Rochers de Naye

Nous remercions chaleureusement trois de nos camarades: Frédéric, qui a conduit le Gr 1 entre Haut-de-Caux et les Rochers de Naye, Daniel (George) qui a pris la responsabilité du Gr 2 aux Rochers de Naye, et Charly, qui nous a offert un tour guidé au Jardin alpin des Rochers de Naye. Le temps était parfaitement approprié pour notre sortie, en particulier pour le Gr 1, qui a gravi les 850-900m d’altitude séparant Haut-de-Caux (env. 1150 m) et la station finale des Rochers de Naye (2000 m) en passant au-dessus de Sonchaux (1420m) et à Sautodoz (1832 m) en moins de trois heures ! Le Gr 2 comprenait notamment plusieurs de nos ainés, à savoir Arnold, André et Louis, que nous avons tous été heureux de revoir. Il s’est rendu au sommet des Rochers de Naye. C’est après le pique-nique en commun que nous sommes allés au Jardin alpin, qui rassemble et protège plus de mille espèces de plantes et de fleurs d’altitude, dont l’un des emblèmes de la Suisse : le fameux Edelweiss.

Sur le chemin conduisant au Jardin alpin, Charly nous a présenté le stupa tibétain érigé à l’occasion du 100è anniversaire du jardin alpin. Pour maintenir un bon équilibre religieux, les édiles politiques locaux ont érigé une croix en face du stupa, sur le versant opposé du vallon. Avant de quitter les Rochers de Naye, nous n’avons pas manqué de saluer les…marmottes !!

Pour la petite histoire : Le jardin alpin se nomme la Rambertia, du nom de la société du même nom, fondée en 1896, et dont la mission principale a été l’entretien et le développement du jardin alpin créé deux ans plus tôt.  Le nom « Rambertia » évoque Eugène Rambert (1830-1886), un écrivain lausannois qui était aussi membre fondateur du Club alpin suisse en 1863. L’épouse de son fils Paul (1866-1932), Marie (1876-1963), était la sœur d’Auguste Piccard (1884-1962), père de Jacques Piccard (1922-2008)–qui construisit le mésoscaphe de l’Expo 1964 à Lausanne-, et grand-père de Bertrand Piccard (1958), l’explorateur-aventurier bien connu.