Col de Cou – Pas de Lovégno

DSC05890[1] (Personnalisé)Eh oui les Mardistes savent se lever tôt…..c’est à 8h que nous nous sommes retrouvés devant l’église de Mase, arrivés de Montreux, d’Ayent ou ayant passé la nuit déjà sur place.

Gisela, Karen, Silvia, Catherine, Anne-Claude, Yasmin, Victor et Lucien se sont regroupés dans 2 voitures (disposant de bonnes suspensions….) pour rejoindre par la route forestière un petit parking en dessous de l’alpage de La Louère.

C’est de là que nous avons débuté la montée en direction du Col de Cou, passant sous les installations d’un télésiège bien tentant mais hélas fermé ! La montée nous a vite réchauffés car la neige sur les sommets des alentours nous a prouvé que ce n’était pas qu’une impression : il faisait froid !

Depuis le col (2528 m.) nous avons découvert le Vallon de Réchy, vallée privilégiée puisque ne bénéficiant d’aucune voie d’accès. Nous en avons longé toute la partie supérieure, admirant au passage un étang puis un petit lac avant d’atteindre enfin le Lac du Louché. Le tour du lac (voire une baignade pour les courageux) ainsi que le pic-nic y étaient prévus. Mais nous étions en avance sur le programme, nos estomacs ne criaient pas encore famine et nous espérions toujours un rayon de soleil pour nous arrêter… Nous avons donc attaqué la dernière montée de la journée, en direction du Pas de Lovégno (2695 m.), croisant une classe de 25 jeunes, joyeux et motivés, visiblement heureux de se trouver à la montagne.

Après une descente bien raide, la terrasse d’un petit chalet privé nous a accueillis pour le pic-nic, que le soleil a réchauffé d’un tout petit rayon. Et c’est plus bas, à l’alpage de Lovégno que le café nous attendait, dans une buvette qui fermait le jour même car toutes les vaches avaient repris le chemin de la plaine. Mais il leur restait encore du yoghourt maison aux myrtilles, vendu dans des gobelets qui ont très bien supporté le transport dans les sacs à dos ! Depuis là il nous restait une demi-heure de marche dans les bois, les pâturages, croisant encore quelques vaches, avant de reprendre les voitures.

Comme nous étions en Valais et qu’il fallait partager le « verre de l’amitié », Lucien nous a invités sur la terrasse de son beau chalet !   Merci à lui pour l’organisation de cette belle journée. Merci à toutes et tous pour les leçons de géographie et de botanique reçues pendant la marche.

Ecrit par Anne-Claude Leyvraz