Châteaud’Oex -Rougemont 20 mars 2018

 

Pas moins de 16 clubistes sont au rendez-vous à 10h sur le parking de la Coop à Château-d’Oex. Les uns ont pris le train à Montreux et Berne, les autres arrivent en voiture depuis Corbeyrier. Notre projet est d’atteindre Rougemont d’ici à midi. Là nous attend la guide Mme Burri qui nous ouvrira à quelques secrets du passé du vieux Rougemont.

Pour un petit groupe iI faut à tout prix faire une pause-café au Vieux Chalet. Le payement des consommations y est laborieux. Ce n’est que 45’ après 10h que nous prenons la direction du Pont Turrian le plus ancien pont suspendu de Suisse Romande construit en 1883. Nous poursuivons le long des berges de la Sarine. Un peu plus loin nous passons devant la cascade du Ramaclé sur un ponton construit pour l’admirer les pieds au sec et sans trop se faite arroser. En route pour Gérignoz après une courte grimpette nous nous arrêtons et laissons les derniers arrivés reprendre leur souffle. En route Hartmut évoque d’autres belles randonnées plus difficiles du côté de la Pierreuse. La bise souffle notre groupe s’étire. Geneviève pense à la guide locale qui nous attend à la gare de Rougemont… Finalement nous arrivons tous à l’heure prévue, les plus rapides ont eu le temps de savourer leur sandwitch dos à l’abri contre le mur en bois de la gare.

La visite qui suit nous fait admirer d’une rue à l’autre les imposants vieux chalets datés du XVII ème au XIX ème siécle. Une façade fraichement restaurée en tavillons nous fait penser qu’ici on a le souci de mettre en œuvre des matériaux de qualité pour préserver l’authenticité de ces demeures plus belles les unes que les autres. La bise souffle, nous piétinons.

 

 

C’est avec soulagement que nous nous dirigeons vers la magnifique église de style roman St Nicolas-de-Myre, construite en 1080 par les moines de Cluny et remaniée à l’époque bernoise. Elle est superbe et nous met à l’abri de la bise jusqu’à l’heure du train ou presque puisque nous avons encore le temps de boire un chocolat chaud à deux pas de la gare.

Récit de Geneviève, photos de Silvia