9 mars 2014, Beaufort

L’enneigement à la Fava n’étant pas assuré sur le bas, Johanna a décidé de nous emmener à la pointe de Beaufort. 4 voitures bien remplies débarquent donc à Bourg-St-Pierre, parmi beaucoup d’autres, et les 16 clubistes qu’elles véhiculent s’équipent. La colonne s’ébranle vers 8h30. Première pause au chalet d’Azerin, env. 1h plus tard. Natalie a effectué un petit détour pour récupérer un sac lâché par un autre randonneur.

Le passage entre Azerin et Challand d’En Haut est en bonnes conditions, les couteaux n’auront servis cette fois qu’à rassurer, mais s’il avait fallu les mettre dans la pente dure cela aurait été une autre histoire. Nous nous enfilons dans la combe de Challand en contournant le Six Noir, le soleil resplendit, Johanna a mis une jolie casquette verte, Kurt un grand chapeau blanc.

Challand d'En Haut

A la queue leu leu

A la queue leu leu

Lors d’une conversion quelque peu ratée, le ski aval ayant glissé, je ressens une vive douleur dans le mollet gauche. Les cales non utilisées jusque là vont bien me soulager. Cependant, au fil des pas, le sommet se rapproche et se découvre tout à coup au détour d’un virage. Mirco doit malheureusement s’arrêter à ses pieds, les crampes ont raison de son enthousiasme.

Dents du Midi
L'Epée

Après 3h30 de montée, pique-nique au sommet pour tous les autres, la vue est superbe, le ciel immensément bleu, pas l’ombre d’un nuage à l’horizon et la température très agréable.

Dernier effort

Dernier effort

Vélan

La descente est truffée de pièges rocheux… malgré la prudence, les skis souffrent, Regula effectue un sacré soleil après un accrochage. Par bonheur elle atterri dans une section de douce poudreuse ! L’orientation des pentes influence beaucoup la qualité de la neige et nous avons droit à un échantillon de croûtée, de ramollie et de poudre, si, si !

Johanna a proposé une belle pente suivie d’un gymkhana ou alors de suivre le tracé de la montée ainsi que l’entier du chemin forestier. Le groupe se partage et ceux qui suivent Johanna ont effectivement droit à la belle pente sous Tita de Bou, qui nous offre un bon moment de rêve ! Le gymkhana qui s’ensuit est un peu plus embêtant mais la neige permet de le négocier pour certains et certaine en riant, pour d’autres avec un peu de prudence.

A la jonction avec le chemin forestier, nous voyons juste passer le groupe « sage ». 2 « voitures balais » se dévouent pour rester derrière et chacun descend à son rythme et avec son style. Le chasse-neige n’est pas tendre pour les muscles de Mirco, mais convient à mon mollet… .

Les voitures sont ralliées, cependant il y a un mais, Johanna ne compte que 14 ouailles, plus elle = 15. Donc il manque quelqu’un ! En effet, c’est Hartmut qui manque à l’appel et les voitures balais n’ont rien remarqué de spécial. Aïe, aïe, aïe, Natalie récupère les affaires perdues des autres mais pas ses clubistes montreusiens, la voilà toute désolée. Christian est prêt à remonter lorsqu’on voit la silhouette d’Hartmut sortir de la forêt et suivre le chemin, sans profiter du pré en neige revenue. Il a les cheveux mouillés et tremble un peu : il a dégringolé en bas du chemin forestier et s’est arrêté à quelques centimètres d’un sapin. Pas content des voitures balais Hartmut… il dit qu’un bâton est resté sur le chemin et aurait pu les alerter.

Mais tout est bien qui fini bien autour d’une bière, d’un rivella, d’un jus de pomme ou autre sur une terrasse au soleil. Quoique, pour rejoindre cette terrasse, puis le petit coin, puis la voiture, la marche à plat se révèle bien claudicante pour moi…une pause sportive va s’imposer.

La carte enregistrée par David : CAS Beaufort