22 février 2014, Traversée Saanenmöser-Garstatt (Simmental)

Le départ depuis la gare de Montreux était sous un ciel partiellement éclairci. Les braves quatre étaient notre Cheffe, Anne-Christine Vuichoud ; Hartmut ; Mirka et moi-même, David. Installés dans le luxe du wagon MOB, Anne-Christine nous a partagé une collation de gâteaux Madeleines pendant le trajet d’environ une heure et demie.

Agréable voyage en train

Agréable voyage en train

Je n’avais pas fait ce trajet en train en direction de Gstaad depuis vingt ans. La dernière fois c’était en été et j’étais accompagné par ma future femme, Amélie. Les vues spectaculaires et le voyage en dehors de la Suisse Romande m’ont de nouveau impressionné.
En arrivant à la gare de Saanenmöser (1269 m), nous avons porté nos skis quelques minutes afin de gagner le bord du village et de commencer la course. Le début longeait la côte ouest du Simmegrabe et après la première heure de montée, nous sommes arrêtés pour une petite pause à Wildeneggli. L’objet de notre poursuite était le sommet du Hundsrügg (2047 m) que nous avons gagné à peu près une heure plus tard.

Belle neige fraîche. Nous osons espérer en avoir une aussi belle pour la descente.

Belle neige fraîche. Nous osons espérer en avoir une aussi belle pour la descente.

Youpieee

Youpieee

Le temps s’est amélioré pour la descente et nous avons trouvé une dizaine de centimètres de belle neige poudreuse sous un ciel plutôt ensoleillé. Les « youpiees » sont parvenus sur les pentes versant ouest et sud-ouest et ensuite une longue descente via Nüjeberg vers le nord-ouest suivant les crêtes, jusqu’aux alpages de Garstatt (858 m). En chemin nous avons trouvé un joli chalet propice au pic-nic pour un temps de repos bien contrôlé par notre Cheffe, car elle nous avait commandé un taxi. En descendant, les conditions de neige se sont dégradées, et après la pause, la neige est devenue de plus en plus humide et collante. À l’arrivée au bout de la neige skiable, l’organisation était tellement précise qu’après juste deux minutes de portage de nos skis, nous avons vu le taxi arriver.
Notre aimable chauffeur m’a permis de pratiquer mon allemand pendant le trajet à Zweisimmen. Nous avons passé le chantier d’un projet hydroélectrique assez important, mais mon vocabulaire me manquait, alors nous n’avons pu parler que de la météo et de tourisme ! En arrivant à la gare, nous avons eu le temps de nous approvisionner avec des Rivella et des Nestea avant de quitter l’Oberland avec le train en destination de la Riviera montreusienne.

Pause pour ces messieurs

Pause pour ces messieurs

Encore youpieeee

Encore youpieeee

La carte du parcours complet : CAS Montreux – Saanenmoser – Zweisimmen